Road trip jour 10 – Fraser Island

Comme la veille nous avions dormi au camping à Hervey Bay, j’ai pu profiter d’un bon petit-déjeuner et d’une bonne douche matinale. Pour cette journée j’ai réservé une excursion en 4×4 à Fraser Island, la plus grande île de sable au monde. Arielle et Sophie ayant déjà donné bonne partie de leur budget pour leur futur saut en parachute, j’y suis allée seule et elles ont profité d’une journée glandouille/plage.

J’ai réservé ma journée avec Unique Fraser qui propose un tour de l’île en 4×4 de 6 personnes (+ le chauffeur) avec notamment deux endroits qui ne sont pas proposés sur les autres tours mais aussi avec repas et boissons inclus. Le guide m’a donc récupérée à l’entrée du camping à 7h30 pétantes et j’ai fait la connaissance dans la voiture d’un jeune couple de suisses et de trois personnes âgées venant du Victoria. Nous avons commencé notre expédition en prenant le ferry pour l’île. L’un des avantages en choisissant ce tour était que nous n’avions pas à changer de véhicule à la sortie du ferry étant donné que notre 4×4 avait embarqué avec nous. Du coup, dès l’arrivée, nous sommes remontés dans la voiture et avons été les premiers à partir à la découverte de l’île. C’était assez drôle car la conduite sur Fraser Island est très sportive. Il n’y a pas vraiment de routes mais uniquement des chemins sableux avec d’énormes trous. Donc c’était assez tape-cul et niveau sensation ça faisait pas mal penser au quad, plutôt cool quoi !

Notre premier stop s’est fait à Lake Mckenzie, un lac magnifique ! A l’époque où l’île était habitée par les aborigènes, c’est ici que se rencontraient les trois tribus lorsqu’il s’agissait de se réunir pour discuter de choses et d’autres en rapport avec l’île. C’est un peu le paradis sur terre. L’eau est turquoise, archi-transparente, claire, enfin tout ce que vous voudrez… Et le sable est d’une finesse assez incroyable ! Chose étonnante aussi, l’eau du lac peut se boire. Oui oui oui, elle est potable. Et autre fait notable pour nous mesdames, le sable présent dans le lac Mckenzie est l’un des plus réputés pour les gommages étant donné qu’il est très fin. Du coup le guide nous a conseillé d’en profiter et je me suis permise de me faire un super gommage des mains qui sont ressorties de là toutes douces. En remontant à la voiture, le petit-déjeuner nous attendait avec des boissons chaudes, des fruits et des gâteaux, sympa !

Après ça, nous avons repris le 4×4 en direction de la côte est de l’île, là où se trouve la fameuse 75 miles beach (une très très longue plage quoi !). Alors pour arriver jusque là-bas, c’était de nouveau assez sportif, on a beaucoup ri avec le guide qui a tout fait pour rendre notre voyage confortable. Connaissant l’île de fond en comble, il nous a aussi longuement renseigné sur sa faune et sa flore. La végétation sur l’île est très dense et les arbres sont très hauts, ce qui fait qu’en bas c’est très humide et cela fait un peu penser à une rainforest. Une fois sortis de cette épaisse forêt, nous arrivons sur cette plage hallucinante qui s’étend à perte de vue, et là, le guide nous préviens de nous accrocher car ça va bombarder. Et en effet, on remonte toute la plage à plus de 100km/h, en passant quelques fois par les vagues qui atterrissent sur le sable et aussi un peu sur les banquettes de la voiture du coup. L’expérience est juste géniale, et en plus de ça je suis assise devant alors j’en profite au max. Il faut savoir que cette plage est en fait assez dangereuse car elle n’est pas protégée de l’océan par de quelconques rochers et, du coup, les puissantes vagues viennent jusque sur le sable est créent un courant très fort. Il est donc fortement déconseillé de se baigner sur cette partie là de l’île. Et en effet, les vagues que nous pouvons observer sont énormes et elles se suivent sur une bonne centaine de mètres dans l’eau. Impressionnant ! Malheureusement, le guide arrête le 4×4 à un certain endroit de l’île pour nous montrer un baleineau mort échoué sur le sable. La vue est assez triste étant donné que ce bébé baleine (enfin un bébé de près de 3 mètres quand même) s’est fait attaquer par de gros poissons qui, avec leurs dents, ont fait des trous dans sa peau et l’ont fait se vider de son sang. Alors une minute de silence pour le baleineau de Fraser Island s’il-vous-plait.

Notre prochain stop est assez original puisque, comme le guide nous l’annonce il s’agit des Champagne Pools. Pour plus d’explications, c’est en fait une crique où l’eau est « gazeuse ». Oui c’est bizarre… Je n’ai pas tout compris mais apparemment c’est dû à une réaction des vagues et de l’air lorsqu’elles se fracassent sous les rochers. Bref, à première vue les bulles dans l’eau de cette crique ne sont pas très nombreuses m’enfin bon, le coin est très sympa et la vue est superbe ! Il faut marcher un petit peu pour y arriver mais c’est assez rapide et on a même la chance de voir un wallaby tapi dans un coin. Puis nous prenons le lunch en haut de la 75 miles beach : burger personnalisés et coupe de champagne. La classe !

En début d’après-midi, histoire de bien digérer tout ça, nous montons un endroit appelé Indian Point, au sommet duquel nous avons une très belle vue sur l’île et sur l’océan. On s’attarde un moment là-haut car des copains passent pas loin : des baleines à bosse et des dauphins. Plutôt génial !

Et enfin, notre dernier stop de la journée se fait à Eli Creek, une crique qui est en fait sur la plage, à la lisière de la forêt. Oui le concept est un peu particulier mais bon, vous l’aurez compris, c’est cette île qui est particulière. Je m’adonne à une petite sieste de 30 minutes allongée sur ma serviette et il est temps pour nous de repartir de l’autre côté de l’île reprendre le ferry pour rentrer sur Hervey Bay. Malheureusement (encore une fois), sur le retour le long de la plage, nous voyons une tortue de mer morte s’échouer sur le sable. Plutôt triste après cette histoire de baleineau. Puis nous repartons pour un tour de « montagnes russes » dans la forêt avant d’arriver de l’autre côté de l’île, de prendre le ferry et d’observer un très beau coucher de soleil. Cette journée était juste magnifique et hors du temps ! Je m’endors avec des étoiles plein les yeux !

Publicités

Road trip jours 7 & 8 – Brisbane

Ahhh, enfin une grande ville depuis que l’on a quitté Sydney. Nous voici arrivées dans la capitale du Queensland : Brisbane. Enfin, pas tout à fait… avant d’arriver nous sommes passées par le McDo au bord de l’autoroute afin de déjeuner et de charger tous nos appareils puis nous sommes rentrées dans la ville et avons trouvé un endroit pour nous garer, dans une rue, à 15min à pied du centre ville.

Pour cette première journée dans la ville, nous décidons de suivre la promenade proposée par le Lonely Planet. Du coup nous enfilons nos backpacks et nous nous mettons en route. Première bonne nouvelle de la journée : il fait bien moins froid que dans le NSW. Trop cool ! On commence donc notre marche par Queen Street Mall et City Mall. La première chose à dire sur Brisbane, ben tout simplement c’est que c’est une grande ville et qu’il y a du monde, ça fait du bien un peu ! Ces deux premières rues sont des rues très commerçantes avec plein de boutiques. Puis nous continuons par le Shrine of Remembrance et Anzac Square, où nous nous arrêtons manger. Puis nous passons par le Post Office Square, la poste et nous arrivons à St Stephen’s Cathedral, une très jolie église. Nous continuons en longeant la rivière par Eagle St Pier et les City Botanic Gardens qui sont très beaux. Enfin, nous traversons à pied la passerelle Goodwill Bridge et finissons par les South Bank Parklands. Une bonne marche d’environ trois heures mais surtout, un excellent moyen de voir la majeure partie de la ville. Sur les parklands il y a un festival qui a l’air plutôt sympa alors on s’y arrête, on s’allonge dans l’herbe mais là, la pluie arrive et c’est le drame ! Non, enfin, pas le drame mais Arielle et moi allons à Gallery of Modern Art alors que Sophie continue sa sieste sous la pluie. La promenade le long de la south bank est vraiment agréable à faire. La galerie est aussi très sympa à faire, il y a de beaux tableaux.

Nous finissons cette première journée en allant boire un verre au Dandy’s Rooftop (sauf qu’avec nos dégaines de backpackeuses on fait un peu tâche mais bon on s’en fout) et en allant manger au sushi train Gingan (the pétage de bide de ma life) ! Pour dormir, nous nous éloignons de Brisbane afin de trouver un spot tranquille.

Deuxième jour à Brisbane, nous nous garons dans la même rue que la veille et allons faire quelques boutiques dans les rues commerçantes dans lesquelles nous étions passées mais ne nous étions pas arrêtées. Cela résulte pour moi en une multitude de souvenirs et de cartes achetés !

L’après-midi nous étions sur-motivées pour aller visiter le parlement du Queensland qui s’est en fait avéré fermé aux visiteurs/touristes à cause des menaces terroristes depuis plusieurs mois. Tant pis pour nous ! A défaut, nous allons dans la Old Government House qui se situe sur le campus de la Queensland University of Technology. C’est pas fameux à voir mais bon, c’est gratuit ! Tout comme celle de Sydney, il s’agit de la première maison des gouverneurs du Queensland. Pour la fin de journée nous allons nous enfermer à la Brisbane Library et la Queensland Library afin de charger tous nos appareils, de faire des réservations et d’imprimer des papiers. Puis nous nous faisons des courses à Aldi et dormons un peu plus loin sur la route.

Road trip jour 6 – de Nimbin à Gold Coast

Comme tous les matins, nous nous levons à 7h, faisons notre petite routine et nous reprenons la route. Aujourd’hui direction Nimbin, le village « hippie ». Pour y arriver, la route est assez longue et sinueuse. Et oui, pour arriver dans un tel village, il faut le mériter. Du coup nous partons sur des petites routes de montagnes sur lesquelles Arielle s’éclate de conduire. Malgré l’inconfort dans le van, on voit de jolis paysages et notamment des champs de bananiers et de macadamia partout, c’est impressionnant !

Une fois arrivées à Nimbin, on se rend compte que le village est tout petit et qu’en fait on aura vite fait le tour. Alors du coup on prend le temps, on fait toutes les petites boutiques, on discute avec tout le monde et on achète quelques souvenirs. Les habitants sont aussi pittoresques que le village en lui-même ! Ils habitent seuls, reclus, en autarcie au milieu de la montagne, assez fun tout ça. On repart de là-bas en passant par le Lamington Park où encore une fois nous prenons des petites routes mais les paysages valent vraiment le coup. C’est dans ce parc que nous passons de la région du New South Wales au Queensland.

Puis sur les coups des 17h, nous arrivons à Gold Coast. Le soleil est déjà couché alors il faut avouer que la ville en elle-même ne nous fait pas une super impression… Comme un mélange entre Las Vegas et Los Angeles avec des « beaufs » de partout. Ca fait vraiment station balnéaire pour les touristes… On pourrait bien imaginer une version des « Chti’s sur la Gold Coast » si vous voyez ce que je veux dire… Ou « Les Marseillais » ça pourrait coller aussi. Bref, on tourne un peu pour trouver une place et on va quand même prendre une photo avec le panneau Surfers Paradise sur la promenade. Puis on fait un tour rapide dans cette partie de la ville et on repart, assez déçues par le lieu. Pour la nuit nous nous éloignons de cette ville et trouvons un petit endroit pour dormir près de Brisbane.

Road trip jour 5 – Byron Bay

Après une matinée bien chargée au camping entre le petit-déj, la douche, la lessive et le remplissage de la cuve d’eau, nous laissons tous les vieux pêcheurs et repartons sur la route. Notre premier stop de la matinée est à la Big Prawn (et oui encore une de ces fameuses « big » d’Australie). Après le traditionnel selfie, nous continuons notre chemin en direction de Lennox Reserve où nous nous arrêtons à un point de vue qui nous offre un panorama superbe sur l’océan et la baie.

Mais notre objectif principal de la journée est d’arriver à Byron Bay ! Le phare de Byron Bay est le point le plus à l’est de l’Australie donc évidemment, il ne faut pas le louper. Nous allons donc là-bas et pouvons, une fois encore, observer la remontée des baleines au loin. Cependant le coin est bien plus touristique que le premier phare où nous nous étions allées. Du coup, on ne s’éternise pas trop et on redescend sur la plage de Byron Bay où nous mangeons. Bien sûr j’en profite pour aller tremper mes pieds dans l’eau et nous passons le reste de l’après-midi dans Byron Bay. Pas grand chose à faire ni à voir, cela reste assez touristique et balnéaire.

Pour le soir nous dormons dans un camping sympa à Byron Bay car il me fallait absolument la wifi pour pouvoir me connecter et connaître mes résultats d’affectations pour la rentrée. Du coup, ça sera lycée général de Lavaur. Une jolie manière de conclure la journée !

Road trip jour 4 – de Nambucca Heads à Coffs Harbour

Le petit-déjeuner de ce matin là fut assez sympa car pris au bord de la rivière sur une table de pique-nique avec le lever du soleil en fond. On se la coule douce hein ? Après ça nous sommes parties pour Nambucca Heads et avons conduit jusqu’au Captain Lookout. La vue sur les côtes était vraiment superbe. Les côtes ici en Australie font généralement très sauvages car les plages de sable fin cohabitent de très près avec d’épaisses forêts d’eucalyptus. Après cela nous sommes allées sur Coffs Harbour et ce surtout afin de voir la fameuse Big Banana. En Australie il y a plus d’une quarantaine de « Big » quelque chose. Ce sont de très grandes « sculptures«  construites dans les années 60 qui ont crée une polémique à cette époque là on ne sait pas trop pourquoi. Bref, aujourd’hui tout un centre s’est construit autour de la Big Banana, l’une de ces sculptures les plus célèbres. On y trouve notamment un café, un magasin de souvenirs, des plantations de bananes, un laser game etc etc… Du coup on est allées boire un café/chocolat chaud au café du site et en avons profité pour recharger tous nos appareils électroniques qui commençaient à tirer un peu la gueule… Arielle a même gouté une banane congelée entourée de chocolat et saupoudrée de nuts. Miam miam pour elle, mais pas pour moi.

Pour l’après-midi, pas grand chose à raconter si ce n’est que nous avons refait quelques courses à Aldi et que, ah oui… j’ai conduit pour la première fois en Australie. Bon je dois vous avouer que c’est assez sport hein de conduire à gauche avec le volant à droite sur un van avec transmission automatique. Bref ! Mais je m’y suis quand même rapidement faite. Pour le soir nous avons trouvé un camping au bord d’une rivière au milieu de champs de canne à sucre. Même si le camping ne payait pas de mine et était uniquement composé de personnes du troisième âge, tout le monde a été adorable et très serviable avec nous. Fait assez important pour être noté : nous avons pris nos premières douches depuis 4 jours, et je peux vous dire à quel point c’est le bonheur de se glisser sous la couette propre de la tête aux pieds.

Road trip jour 3 – de Myall Lakes à Macksville

Deuxième réveil dans notre maison ambulante et quel réveil… Tranquille au bord du lac au milieu de la forêt avec le lever du soleil. Tranquillou et plutôt sympa quoi quoi ! Après notre départ, nous décidons de passer la matinée vers le coin du parc qui s’appelle Seal Rocks et nous commençons par aller au Sugarloaf point. C’est un point de vue tout simplement magnifique. Nous sommes obligées de garer le van en bas au bout du chemin mais la montée vers le phare est déjà superbe avec les vagues de l’océan qui s’éclatent contre et entre les rochers. Une fois arrivées, le point de vue est vraiment génial, l’océan est à perte de vue… et ça fait presque peur d’ailleurs ! Là nous croisons un gentil couple de personnes âgées qui nous racontent plein d’anecdotes. Et pendant que nous sommes en train de mitrailler chaque recoin avec nos appareils photos, le vieux monsieur nous appelle près de lui et nous montre au large… des baleines ! Et oui, c’est pendant cette saison qu’elles remontent vers le nord parce qu’il fait trop froid pour elles au sud de l’Australie. Du coup, ben on passe à peu près une heure au phare à épier les baleines. Le spectacle est juste top ! (papa, maman, Maxime, si vous passez par là, n’ayez pas les boules et ne repensez surtout pas à nos longues heures d’attentes dans le froid au Canada pour voir les baleines… lol). Après ce superbe stop, nous redescendons sur la plage de Seal Rocks. Je vais tremper mes pieds dans l’océan (que du bonheur) et on mitraille le groupe de pélicans de la plage.

   

    
    
   
  

Notre stop de l’après-midi est la ville de Port Macquarie. Bon ben autant ne pas vous mentir, il n’y a rien à faire dans cette ville, youpi ! Cependant, un truc nous intéresse quand même (et est conseillé par le Lonely Planet) : l’hôpital des koalas. Alors oui à première vue ça peut paraître étrange mais en fait il s’agit bien d’un hôpital ou centre de soin pour koalas. Nous nous rendons donc sur place et attendons 15h d’avoir une « visite guidée«  des enclos où sont les koalas malades. Cet hôpital a en fait été crée il y a plus de 40 ans par un particulier, ou plutôt une particulière et avait pour but de récupérer et de soigner les koalas victimes de divers accidents. Aujourd’hui l’hôpital a énormément grossi et compte plus de 130 bénévoles à son actif. L’établissement ne fait pas de profit et fonctionne sur la base de donations de particuliers ou professionnels. Ils ont également un numéro de téléphone à disposition pour que n’importe qui dans la région de Port Macquarie puisse les contacter s’il heurte un koala ou en voit un mal en point sur la route ou dans la forêt. Les bénévoles viennent ensuite chercher l’animal et le ramènent à l’hôpital afin qu’il soit examiné, traité, suivi et, si possible, dans le meilleur des cas, relâché plus tard en forêt. Lors de la visite guidée, nous avons pu voir une dizaine de pensionnaires et avons eu droit à l’histoire de chacun d’entre eux. Beaucoup de koalas présents dans le centre ne seront malheureusement jamais relâchés car trop vieux, aveugles ou encore amputés. Mais d’autres, des plus jeunes ou des animaux dont le traitement touche à sa fin pourront être réinsérés dans leur habitat naturel. La visite de cet hôpital était extrêmement intéressante et très touchante. On a beaucoup aimé !

   

   

Pour le dodo du soir, nous avons dormi sur un parking dans la bourgade de Macksville à proximité d’une rivière, plutôt sympa même si nous n’étions pas vraiment sûre que l’endroit soit autorisé.

Road trip jour 2 – de Williamtown à Myall Lakes

Pour ce premier matin dans le van, nous avions mis le réveil à 8h pour nous lever. Après (encore une fois) quelques organisations, nous prenons un bon petit-déjeuner dehors, au bord du van, tels de vraies touristes. Il faut quand même avouer que c’est plutôt agréable comme sensation. Nous reprenons la route vers 10h en direction d’un centre équestre que nous avions repéré la veille dans une brochure, le but étant d’aller faire une balade à cheval le long de la plage en fin de matinée. Bon et bien ça sera tombé à l’eau car une fois arrivées sur place, nous avons trouvé porte close. Tant pis. Du coup on se rabat sur un centre d’activités proposant des balades en quad dans les dunes, on appelle et on réserve pour l’après-midi, trop cool ! Du coup on a un peu de temps à tuer et on décide de faire un peu le tour des lookouts intéressants de Port Stephens. On se rend en roulant à plusieurs endroits tels que Salamander Bay, Corlette Point (très jolie petite plage sauvage), Nelson Bay ou encore en haut d’une colline. Toutes les vues de ces endroits sont très belles et on remarque que la baie de Port Stephens est composée de plusieurs îles et îlots qui paraissent assez sauvages. Cependant, le plus beau point de vue auquel nous sommes montées est Gan Gan Lookout, il permet une vue à quasi 360° de tout Port Stephens et de la baie. On aperçoit ainsi d’infinies plages de sable blanc et des eucalyptus à perte de vue. Pour le repas du midi nous nous étions préparé des salades de pâtes et avons mangé dans un endroit sympa et sauvage (mais très venté) appelé Fishermans Bay.

Puis direction la balade en quad ! J’étais toute excitée mais aussi un peu stressée quant à l’idée de monter sur cet engin car c’était la première fois. Après avoir enfilé nos casques et nos gilets, l’un des moniteurs nous a expliqué rapidement comment fonctionnait le quad et nous sommes partis. L’avantage c’est qu’on était un tout petit groupe de cinq personnes encadrées par deux moniteurs, du coup pas de soucis à se faire et on pouvait facilement se suivre. Les dunes dans lesquelles nous avons conduit s’étendent sur plusieurs kilomètres en longueur et sur plusieurs centaines de mètres en profondeurs, du coup près de la route il y a quand même des buissons et dès le premier virage, on a aperçu un petit kangourou, hihi j’étais trop contente, j’en avais pas encore vu d’aussi près. Puis après nous avons pris de la vitesse et direction les dunes. C’était vraiment trop bien et trop bon. J’ai adoré les sensations et surtout le fait d’avoir l’impression d’aller très vite alors qu’en fait on dépasse rarement les 50km/h. Pendant toute la première demi-heure de la promenade, nous avons descendu des dunes plus ou moins hautes et je dois avouer que j’étais assez stressée quand j’ai vu la pente de la première… Mais au final tout s’est bien passé et la sensation est incroyable ! Puis nous avons fait une pause photo (qui a également permis à nos pouces très endoloris de se reposer) et nous sommes repartis de plus belle, cette fois ci en remontant les dunes. Et là j’ai trouvé la sensation encore plus cool car il faut aller à fond pour remonter la pente et on se sent tout léger une fois arrivé en haut. Bref, cette heure de balade en quad était juste incroyable, vraiment une activité originale à faire tant pour le fun que les sensations ou la vue ! Ca m’a vraiment donné envie de recommencer.

Pour finir l’après-midi tranquille, nous avons repris la route en direction de notre spot du soir et avons décidé de faire un détour par une tourist drive. C’était bien beau, bien joli et bien sympa sauf qu’on a failli tomber en rade d’essence et du coup c’était un peu le stress de trouver une station. Par chance nous en avons quand même trouvé une assez rapidement et nous y avons donc fait une longue pause gouter/café car la station disposait de la wifi. Et en tant que bonnes geeks qui se respectent, nous y avons passé une heure, histoire de faire tout ce que l’on voulait. Après ça nous sommes reparties pour 30 minutes de trajet jusqu’à notre aire de soir qui se trouvait en fait en plein milieu du parc de Myall Lakes, juste à côté d’un lac. Un peu le stress de dormir seules là-bas mais il y avait quand même les toilettes donc c’est déjà ça. Et étant donné que nous étions le 14 juillet, nous avons fait un bon apéro sympa avec du foie gras et du blanc et un petit repas avec un bon risotto. Yummy yummy and happy Bastille day ! (et joyeuse fête à ma cousine Camille !)